jeudi 3 août 2017

DOC(K)S 2015-2016 : Spécial Bartolomé Ferrando


DOC(K)S 2015-2016 : "Spécial Bartolomé Ferrando"
+ 1 DVD double couche

Je suis dans la nouvelle revue Doc(k)s de Philippe Castellin/Akenaton, pour un numéro spécial consacré au poète et artiste catalan Bartolomé Ferrando, avec un hommage au poète sonore Bernard Heidsieck. Mon texte s'intitule "Comedia texte-partition", une sorte de partition propitiatoire sur la façon dont médias & politiques instrumentalisent les attentats, depuis qu'il y a des Princes (c'est donc une vieille histoire). "Comedia" est à proférer à voix haute avec lamento & pathos dès qu'un attentat est annoncé dans les médias. Exorcisme garanti. 



mardi 25 juillet 2017

Martingale -4-

Kim DOTCOM



Après sud, feu, glaive, gel, nord, vent, nuit, mer, fièvre, ouest, est, 
brume, aube et calamités,
pourquoi cette
lumière terriblement prompte
ou cet immense rêve glacé ?
Nous aurions à portée de main                                    - œuvre au noir -
toutes les paroles de
tous les êtres humains en
même temps :                                                                         
                                                                                                           l’Aleph !


Il travaille maintenant pour la C.I.A., le G.P.U. ou n’importe quoi et voici             ses ordres. Il devient un agent qui n’est pas à payer. Il est maintenant un           agent tout à fait sous contrôle. Car, ayant appris à tout débrouiller lui-même,         son désir s’en est allé, son âme s’est altérée. Voyant tout, entendant tout, il           n’est plus maître de son destin et il obéit aux convoitises de plus fous encore         que lui.


Quel fil les Parques démêlent-elles ? Les tyrans viennent chez lui maintenant
pour le savoir, et lui leur répond, sans plus de scrupule, puisque son esprit
est resté là-haut, perdu dans la vision des fils que tissent les sœurs maudites.


Grandes orgontes des touffes de kvoïna, zabakoulianes, septentrines, Jeannes-       des-communistes, renardes-bréhaignes, aldousses, dame exquise,                 regrignelle, civemorte à panaches, folle-en-jouisse : quel sort le monde               nous réserve-t-il ? Qui veut le savoir ?


Pour sûr, un autre plus fou encore que lui, convoitant son don de prescience,
le tuera un de ces jours, ou bien, n’étant plus capable d’endosser son rôle, épuisé, 
il jouera les lanceurs d’alerte. Mais, pour le moment, il respecte les clauses 
du contrat qui le lie à des chiens.


                                                                                          Sœur montre maintenant                                                                                                    sur le mur, à son frère,                                                                                                        des ombres qui lui évoquent
                                                                                           les emblèmes oubliées :
                                                                                           " - Regarde, lui dit-elle,
                                                                                           le Livre Muet,
                                                                                           le livre alchimiste 
                                                                                           qu’aucune parole
                                                                                           n’a donné,
                                                                                           même celle de D… 
                                                                                          - Des calembredaines !", la 
                                                                                          coupe  alors son frère, amer.


(L’enfant qui vit au fond de la matière ne se lève plus maintenant pour s’ébaubir au soleil. Qui le demande encore ?)


                                                                                       When you call I always listen
                                                                                       Tell me everything I'm missing
                                                                                       Tell me anything you will
                                                                                       Tell me who I have to kill
                                                                                       I can hear voices


« Comme tous les pirates, les seules libertés qui lui importent
sont celles qu’il peut enfreindre pour s’enrichir.
Tout le reste, c’est juste de la com’ »


Buisson d’armaganche, dames exquises, regrignelles, civemorte-à-panaches, 
folle-en-jouisse, torte-pousse, fine-brousse, madjahar, souffle-magnifique, bourbelaire-pèlerine : entendez comment les voix cherchent une percée 
dans la matière.


Au-delà de l’enceinte du bateau, les crimes n’existaient pas pour les pirates ;
au-delà du seuil, un monde dont même les enfants ne croient plus qu’il 
soit sauvage. Qui prend, de nos jours, Barberousse pour un héros ?


                                                                                       « Oh pourtant, s’exclame
                                                                                       le fils de l’homme,
                                                                                       même le rôle de Cassandre,
                                                                                       même la vie d’une prophétesse
                                                                                       ratée me conviendrait !
                                                                                       Qu’ai-je à perdre ?
                                                                                       Je n’ai rien, je ne suis rien.
                                                                                       J’apprendrai le Grand Art
                                                                                       permettant de dîner
                                                                                       à la table des dieux,
                                                                                       dussé-je en perdre l’âme.
                                                                                       Toutes les martingales
                                                                                       sont bonnes à prendre,
                                                                                       surtout lorsque ce sont                                                                                                      des arcanes. 
                                                                                       Après mon ascension sociale,
                                                                                       lorsque j’aurai dérobé
                                                                                       son trésor au Ciel,
                                                                                       je pérégrinerai sur Terre,
                                                                                       d’une ville à l’autre,
                                                                                       en mendiant mon pain.
                                                                                       Enfin, nouveau Diogène,
                                                                                       j’irai jusqu’à envier,
                                                                                       dans mon malheur,
                                                                                       la vie d’une souris
                                                                                       grignotant sous mon nez ;
                                                                                       alors seulement je deviendrai   
                                                                                       sage, 
                                                                                                    mais pas avant ! »


« Oyé, oyé, bonnes gens !
chante le chercheur d’or,
j’ai, dans mon sac,
la carte où est localisé un filon,
qui veut sauter sur l'occasion ?
Qui veut gagner des millions ?
Ce que je vous demande
est plus simple qu'il n'y paraît,
mesdames et messieurs :
il suffit de m’aider à construire
un site d’hébergement en ligne
ne dépassant pas 25 Pentaoctets de données !
Qu’est-ce que 25 Pentaoctets de données ? me demandez-vous,
qu’est-ce que ce bonimenteur nous raconte là ?
Qu'est-ce que tout ce charabia ?
Mesdames et messieurs, 25 Pentaoctets de données sur Internet
correspond à 694 333 bibliothèques physiques ayant 
pignon sur rue. 694 333, le calcul est exact, j’en ai ici, 
à la main, la preuve, la preuve, la preuve ultime ! 

La remontée vers la preuve ultime

« Qu’est-ce que 25 Pentaoctets de données ?
demandez-vous. C’est dix fois plus de bibliothèques
que n’en possède la France,
la France, ce pays de l’exception culturelle,
c'est dix fois plus qu'elle n'en possédera jamais ;
et c'est dix de trop !
En effet, mesdames et messieurs,
25 Pentaoctets de données,
c’est la limite à ne pas dépasser,
c’est le seuil au-delà duquel
les démocraties vous censurent,
et alors vous devenez l’ennemi
public numéro 1, pour avoir
donné au peuple la manne,
pour avoir joué au prophète
ainsi qu'à dieu le père !

est un processus de régression à l’infini,

« Bien évidemment, nous n’en sommes pas là,
puisque je suis devant vous,
vous dévoilant une sinécure
dont vous n’imaginiez pas le quart
du centième de l’existence,
il y a une heure encore.
Et pourquoi autant de bibliothèques
accessibles, me direz-vous,
alors qu’un Français, par exemple,
ne lit jamais plus de deux livres par an ?
Pourquoi ouvrir autant les vannes ?
Qu'est-ce qu'on a à y gagner ?

en raison de la nature fabriquée des images,

« Qu’est-ce qui fait peur aux Etats, d'ailleurs ? 
Pourquoi fournir autant aux hommes
est commettre un acte de piraterie ? 
Non, mesdames et messieurs,
ce que je vous propose n'est pas de la fraude, 
ce n'est pas immoral, ce n'est pas illégal,
c'est un acte civique,
puisque nous nous arrêterons avant,
bien avant le seuil fatidique,
puisque, vous et moi, nous respectons
les frontières ! 
Est-ce que vous et moi respectons 
les frontières ? 
Oui, vous et moi respectons
les frontières. »

                                                        « – Vois-tu cette grosse étoile brillante ? On                                                                   dirait qu’elle est à portée de la main, n’est-ce                                                                 pas ? Mais même toi tu sais que jamais tu ne

des textes et des sons fabriqués.

                                                       pourras la toucher. Il faut dire non à ce que nous                                                          ne pouvons pas toucher de nos mains. Viens ;                                                      tu vivras avec moi dans la grande maison. »


La remontée vers la preuve ultime
est un processus de régression à l’infini,
en raison de la nature fabriquée des images,
des textes et des sons fabriqués.
est un           régression      infini,
en raison       nature           des images,
des textes et           fabriqués.
    La remontée      la preuve   
est                  régression     infini,
en raison       des images
des                       .
est                  régression             ,
en                          des 
             la preuve   
est                  régression            
             la preuve   



Citations :

Quirinus Kuhlman, Andrea Zanzotto, WilliamBurroughs, Antoine Volodine, Cassandra Complex, « Toute la vérité (et mêmeun peu plus) sur Kim Dotcom » Charles Graeber, Franck Leibovici, CarlosFuentes

vendredi 7 juillet 2017

Martingale - 3 -

L'année dernière à Marienbad, Alain Resnais (1961)



Le détournement des roues de Lulle, ici,
le déroulement des tours de Lulle
le louvoiement autour d’un A,
d’un B puis d’un C,
un ensemble de disques lunaires
ou solaires ou divins,
un Grand A (Essentia indicibile),
un Grand Art,
composé de cercles et de lettres qui,
combinées les unes aux autres,
pensait-on,
permettait d’accéder à D…

                                                             Son caniche s’appelle Darwin. Et, dans son bureau high-tech de San Diego    (Californie), juste au-dessus de sa table de travail, il a accroché la gravure d’un vieux   bateau à   voiles, le « HMS ­ Beagle ». C’est sur ce navire de la Royal Navy que le naturaliste        anglais vogua     pendant cinq ans, de 1831 à 1836, voyage au terme duquel il élabora sa   théorie de l’évolution.


Un abécédaire magique, voyez,
lisez, reprenez le rondeau
après moi :




Chaque roue du poète catalan Raymond Lulle  
tournant autour d’un principe qui,  
bien vu bien lu,  
offrait, croyait-on, des clés absolues.  

… Si l’Athènes démocratique de l’Antiquité fut
bel et bien un bateau pirate opérant sur la mer
Égée, les navires pirates des Caraïbes et des mers
du Sud, eux, furent à leur manière des villes-États
lancées sur les océans à la poursuite des richesses
qui y transitent…

                   déroutant lors l’heur de plaire
                            au Ciel
                   qui, de la mer Égée, montait
                            à Poséidon,
                            chaque lettre, maintenant,
                            pouvant parler pour elle-même,
                                      se hâtant de A à T,
                                               comme vagues sur les mers,
                                               ou dans votre cuisine,
VOUS, le nez sur votre four à chaleur   tournante,
                                                                  contemplant Thalassa :

                                                     (A th⁡ⅇ nⅇs) / (Gr∑Cⅇ) = (pirates) / (mⅇrs d∪ s∪d)
                                                                        
Là, à portée de main,   
L’OCÉAN PRIMORDIAL
chauffant dans votre four
     comme Materia Prima,
pour la recette d’une vie plus longue,
plus douce & plus proche de l'éden,
vous permettant de vous ressusciter chaque     matin,
après étirement des bras,
bâillements,
râles,
respirations intercostales
et inoculation,
par voie buccale,
d’un sirop spagyrique :

                                                                [[ EDEN SYRUP
                                                                          makes you divine ! ]]


(Il respirait distraitement. 
Il ne savait quel fantôme poursuivre. 
Il était menacé de créer les lettres et les arts. 
Le soleil lui semblait trop beau et le rendait triste. 
Il eût presque inventé l’amour s’il n’eût été si sage et si seul...)

         Reprenant alors sa course à l’endroit où Adam
                   avait chuté,
                            déchet rejeté du récif Europe,
                            se bricolant bidouillant
                                      au jour le jour
                                               son modèle d’homme agrippé
                            au canevas désuet des anciennes routes : 
                                                                                             Self Made Man, pour sûr ! 
– Quand un groupe de primates,  
rencontré sur le chemin,  
lui demanda s’il voulait, avec eux,  
tuer leur Père et construire une cité  
sur son cadavre,  
il répondit : « Non merci. »,  
d'un signe de la tête,  
puis repartit en courant...  


 (Panneau : END,
et générique, là.)


  



Citations :

Paris Match (à propos du biologiste américain Craig Venter, qui a fabriqué le premier organisme vivant ayant pour père un ordinateur), Jean-Paul Curnier, Paul Valéry